L’exposition AMERS* répond à la volonté de voir émerger dans l’île d’Oléron une manifestation saisonnière d’art contemporain sur des sites naturels. Elle se développe par la création d’œuvres éphémères.

L’orientation du propos artistique est clairement tourné – mais pas exclusivement – vers le domaine de l’art environnemental et de l’art in situ.

Il s’agit de provoquer des rencontres inattendues et enrichissantes entre les artistes, les résidents et les visiteurs.

Si un des premiers objectifs est donc de permettre à des artistes contemporains de s’exprimer et d’ouvrir le territoire à de nouvelles formes artistiques, il s’agit également de contribuer à découvrir l’île d’Oléron sous de nouveaux aspects. L’île est riche et variée ; son environnement, la diversité de ses paysages sont des joyaux parfois méconnus.

Des sites naturels, plus ou moins anthropisés porteront une ou plusieurs œuvres. Une attention particulière est portée à leur implication sur l’environnement, à leur écoconception et à leur installation. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre du programme « Agenda 21 » du territoire ; les œuvres sont installées sur les huit communes de l’île d’Oléron.

*Amer : point de repère fixe et identifiable sans ambiguïté pour la navigation maritime

Thème 2016

AMERS est un événement culturel qui propose comme autant de repères, sur un territoire insulaire et des sites particuliers, des regards d’artistes sur les contours de leur monde. Le programme thématique est conçu sur 5 éditions biennales. La première, le Refuge, sera à mettre en relation avec les suivantes.

« Le Refuge »

Considérons ce lieu qui protège, qui renvoie à l’unité architecturale dont la vocation est d’abriter, de protéger de la menace – des éléments, de la circulation, du monde environnant, d’une réalité accablante, des autres.

Le refuge génère un statut à celui qui l’utilise. Son emploi offre la vision d’un dedans, d’une enveloppe, temporaire. Objet du repli – de la fuite, de l’exil, de l’asile –, concept lié à l’évasion et au nécessaire équilibre de l’individu, sa représentation occupe autant l’espace physique que la conscience humaine. Il contribue à modifier notre rapport au monde, notre psychisme. Il est multiple. Il a une forme, une fonction et nécessité différente pour chacun. Il évoque une activité, des valeurs, un sentiment.

Qu’en est-il lorsque le refuge devient lieu commun, et durable, pour tous ceux que le mouvement du monde malmène ? Quelle éclaircie espérer pour en sortir ?

Sur un territoire insulaire l’idée même du refuge prend une dimension particulière. Ici, ce sont les visions des artistes que nous explorons et elles semblent souvent éloignées de ces considérations anthropologiques.

Organisation

L’association CAVIP de Saint-Trojan (Collectif de l’Association du Village d’Inspiration des Peintres) porte cette édition. Elle accompagne une volonté partagée de voir cet événement se développer à l’échelle du territoire insulaire.

Michaël Liborio, commissaire d’exposition, a écrit le projet et en assure la direction artistique.